Salta navigazione.
50 ans SUSLLF
Società Universitaria per gli Studi
di Lingua e Letteratura Francese

CONVEGNO INTERNAZIONALE SUSLLF - Macerata 22-23 settembre 2016 - APPEL

Colloque international SUSLLF

Université de Macerata, les 22 et 23 septembre 2016

L’architecture du texte, l’architecture dans le texte
(organisé par la SUSLLF et l'Université de Macerata)

Appel à contribution

 

Depuis toujours la littérature a largement puisé dans l’architecture pour nourrir son imaginaire métaphorique, l’évolution de ses formes ainsi que sa pensée critique. Les lieux circonscrits et spécifiques (seuils, fenêtres, salons, boudoirs, chambres privées, chambres d’hôtel,...), les objets architecturaux (demeures, châteaux, cathédrales, théâtres, labyrinthes,...), les espaces urbains architecturés (la ville, la place, les passages, les faubourgs, ...), les non-lieux de l’architecture contemporaine (hypermarchés, aéroports, aires d’autoroute, rocades, ....) sont autant de réseaux thématiques privilégiés des œuvres littéraires. Loin de constituer simplement des « motifs », ils fonctionnent à la fois comme un complexe modèle indiciel permettant d’élaborer un univers de référence, une jonction entre l’individu et le monde, une image matricielle – plastique, onirique, utopique, générative, métaphorique, allégorique – placée au cœur de l’horizon représentatif et poétique : ils réinventent les formes de l’espace représenté en même temps qu’ils favorisent le renouvellement des dispositifs de la narrativité romanesque.

En outre, au fil du temps l’histoire littéraire et la linguistique ont offert de nombreux et prodigieux exemples de l’utilisation de l’architecture par les écrivains dans l’ordre de la réflexion théorique et dans l’élaboration de leurs projets. La pyramide verticale de La Comédie humaine balzacienne, the house of fiction de Henry James, la cathédrale proustienne, le labyrinthe de Borges, l’immeuble de Georges Perec représentent des architectures imaginaires magistrales qui révèlent, simultanément, la constitution spatiale de l’œuvre, ses lois formelles, son rapport au réel, à la fiction, aux possibles de l’autoréflexivité. Par ailleurs, même la pensée de l’œuvre et son processus génétique relèvent bien souvent de la perspective architecturale, des principes et des pratiques de l’« édification » de monuments littéraires. C’est à travers une large gamme de correspondances,d’apparentements, de comparaisons, de métaphores, d’analogies structurelles que se déploie un véritable « lexique de la construction », qui traduit la complexité de l’inscription du discours architectural dans le texte de même que l’architecture des formes textuelles les plus différentes. En particulier, le rôle de la conception architecturale apparaît décisif dans la construction des grandes unités textuelles englobant plusieurs œuvres (cycles, séries, œuvres-monde, romans fleuve, ...), où l’agencement global des textes peut configurer des paradigmes multiples de liaison et d’organisation, leur visée unificatrice ou leur destructuration – tout en reflétant la place qu’occupe le processus d’invention et de vision dans le « projet » architectural-littéraire.

Le premier objectif du colloque est donc d’interroger ces relations plurielles de l’œuvre avec l’architecture, ces profondes complémentarités entre l’écriture, le savoir architectural et l’espace, qui permettent de poser des questions centrales à la littérature dans sa dimension formelle, symbolique et historique.

Pistes e et axes de recherche proposés :
- Les modes d’inscription du discours architectural dans le texte narratif et dans le texte poétique
- Lexiques et vocabulaires architecturaux dans les représentations des espaces romanesques
- Stratégies argumentatives et rhétoriques de la configuration de l’espace architecturé
- Métaphores architecturales de l’œuvre et grandes images matricielles
- Les paradigmes constructifs des « œuvres globales » (œuvres-monde, cycles)
- Desseins littéraires et desseins architecturaux : l’architecture du « projet » de l’œuvre
- Interférences entre espaces architecturés et nouveaux dispositifs narratifs
- Architectures visionnaires et formes littéraires
- Théories architecturales et poétiques du roman
- Nouvelles écritures de l’espace architecturé
- Différentes approches linguistiques au système de la langue, dans l'architecture des relations et des structures qui le parcourent, et telles qu'elles ont été décrites par les linguistes et leurs théories au fil du temps
- L'argumentation en tant qu'architecture discursive et textuelle: stratégies, outils et notions pour l'analyse théorique, usages textuels.Calendrier
- date limite d'envoi des propositions : 15 mars 2016
- acceptation des propositions : 15 avril 2016
- dates du colloque : 22-23 septembre 2016

Les propositions de communication (environ 2000 signes espaces compris) doivent être envoyées aux adresses suivantes:
patrizia.oppici@unimc.it
susi.pietri@unimc.it

Langues de communication : français, italien.

Comité scientifique
- Marie-Christine Jullion (Université de Milano)
- Patrizia Oppici (Université de Macerata)
- Paola Paissa (Université de Torino)
- Benedetta Papasogli (LUMSA)
- Susi Pietri (Université de Macerata)

Comité d'organisation
- Patrizia Oppici (Université de Macerata)
- Susi Pietri (Université de Macerata)
- Anna Isabella Squarzina (LUMSA)
- Silvia Vecchi (Université de Macerata)
- Rosaria Grottola (Université de Macerata)
- Manuela Verdenelli (Université de Macerata)

AllegatoDimensione
appel_colloque_2016_macerata.pdf158.48 KB